Question:
L'évolution a-t-elle déjà été discutée (peut-être en utilisant des termes différents) avant Darwin?
StackExchange What The Heck
2014-10-29 22:18:35 UTC
view on stackexchange narkive permalink

Tout le monde sait que Darwin est considéré comme le père de l'évolution, mais même les humains élèvent des animaux (et probablement eux-mêmes) de manière sélective pour des traits spécifiques depuis des milliers d'années. Dans quelle mesure la théorie de l'évolution existait-elle avant que Darwin ne provoque de grosses vagues?

Si vous recherchez les nouvelles informations qu'il a spécifiquement fournies, comparez-les à Alfred Wallace et Erasmus Darwin. J'ai toujours été surpris par le peu de nouvelles idées qu'il présentait par rapport à l'importance de ses publications / travaux pour l'acceptation scientifique. En ce qui concerne ce que savaient ceux qui pratiquaient l'élevage sélectif, je ne sais pas.
Je crois comprendre que Wallace & Darwin est un cas de découverte indépendante simultanée - bien que Darwin ait pu fournir un argument plus solide avec plus de preuves.
@winwaed Pour être clair, je n'essayais pas de laisser entendre que le travail de Darwin n'était pas indépendant du travail de Wallace mais qu'il aidait à montrer ce que savaient d'autres esprits scientifiques cocourants. Je crois qu'ils avaient également accès aux œuvres pertinentes les uns des autres avant leurs publications.
Darwin n'est *** pas *** * le père de l'évolution *. Les pensées, les théories et la compréhension de l'évolution ont une longue histoire. Darwin est le père de la théorie de la ** sélection naturelle **.
En d'autres termes: les espèces pourraient-elles changer? Aristote, par exemple, avait-il même le concept d '«espèce»?
Sept réponses:
#1
+20
winwaed
2014-10-29 22:48:18 UTC
view on stackexchange narkive permalink

Quelques discussions avant Charles Darwin:

James Hutton a également écrit sur le sujet et ses idées semblent étrangement darwiniennes (il convient de noter que Hutton avait aussi sa propre ferme et connaissait l'élevage sélectif). Cependant, Hutton était connu pour ses écrits obtus (ses idées géologiques auraient été ignorées sans John Playfair), et plus important encore, ses écrits évolutifs étaient inédits et découverts seulement au 20ème siècle.

Erasmus était-il une coïncidence ou Darwin était-il inspiré?
Je ne suis pas un universitaire de Darwin, mais je crois comprendre que Charles était certainement au courant des écrits d'Erasmus. Il convient de noter qu'Erasmus était un membre éminent de la Société lunaire et un peu un polymathe.
#2
+14
VicAche
2014-10-29 22:26:06 UTC
view on stackexchange narkive permalink

Les premières discussions connues concernant l'évolution sont, à ma connaissance, des philosophes pré-socratiques. Une publication ancienne plus connue évoquant l'idée pourrait être De Rerum Natura , du philosophe romain Lucrèce.

Cela répond à votre question sur le titre, je n'ai pas les connaissances suffisantes pour répondre de manière satisfaisante la question dans le corps du texte. Cela vaut peut-être la peine de se pencher sur les travaux de Maupertuis sur les "modifications naturelles", comme il les appelait.

(Kirk, Geoffrey; Raven, John; Schofield, John ( 1984a). The Presocratic Philosophers: A Critical History with a Selection of Texts (3e éd.). Chicago: The University of Chicago Press. Pp. 100–321)

Pouvez-vous dire où Lucrèce aurait dit cela?
@fdb "Car nous voyons qu'il faut Concur dans les conditions de vie multiples, Si jamais la vie est en engendrant la vie Forger les générations une par une: Premièrement, les aliments doivent être; et, ensuite, un chemin par lequel les graines d'imprégnation dans le cadre peuvent suinter , libéré de tous les membres; Enfin, la possession de ces instruments par lesquels le mâle et la femelle peuvent s'unir, l'un avec l'autre dans des ravissements mutuels. " (http://www.gutenberg.org/files/785/785-h/785-h.htm)
Il s'agit de procréation, pas d'évolution.
Non, il s'agit de la condition nécessaire à la procréation.
Pourtant, l'évolution est plus que la procréation.
#3
+12
plannapus
2014-11-04 14:41:05 UTC
view on stackexchange narkive permalink

To add to the two previous answers:

Bernard-Germain-Etienne de Lacepède in "Histoire naturelle des poissons" (Natural History of Fishes) 1798 wrote the following:

Une espèce peut s'éteindre de deux manières. Elle peut périr toute entière, et dans un temps très-court, lorsqu'une catastrophe violente bouleverse la portion de la surface du globe sur laquelle elle vivoit, [...] Mais, indépendamment de ces grands coups que la Nature frappe rarement et avec éclat, une espèce disparoît par une longue suite de nuances insensibles et d'altérations successives.[...] Troisièmement, l'espèce peut subir un si grand nombre de modifications dans ses formes et dans ses qualités, que, sans rien perdre de son aptitude au mouvement vital, elle se trouve, par sa dernière conformation et par ses dernières propriétés, plus éloignée de son premier état que d'une espèce étrangère : elle est alors métamorphosée en une espèce nouvelle.

which translates roughly to the following [Disclaimer: own translation, hence poor quality]:

"A species can become extinct in two ways. It can die out entirely, and in a very short time, when a violent catastrophe shatters the portion of the earth's surface it lives on [...] But independantly to these big blows that Nature strike rarely and resoundingly, a species disappears by a long serie of imperceptible differences and successives alterations. [...] Thirdly, the species can undergo such a large number of modifications in its forms and qualities that, without losing its aptitude to the vital movement, it finds itself, in its last conformation and its last properties, further away from its first state than another species: it is then metamorphosed into a new species."

Erasmus Darwin was already named by @winwaed so I won't expand but here is an extract of his Zoonomia (1801):

Comme l'air et l'eau sont fournis aux animaux en quantité suffisante, les trois grands objets du désir, qui ont changé les formes de nombreux animaux par leurs efforts pour les satisfaire, sont ceux de la luxure, de la faim et de la sécurité.

Ceci préfigure bien évidemment la notion de sélection naturelle.

Jean-Baptiste Lamarck était également déjà cité par @winwaed, mais pour développer sur lui: il a exprimé l'idée que les espèces se transforment à travers le temps pour la première fois en 1801 dans son "Discours d'Ouverture du cours de Zoologie, donné dans le Museum d'Histoire Naturelle l'an 8 de la République" (litt .: "Discours d'ouverture du cours de zoologie, donné au Muséum d'Histoire Naturelle en l'an 8 de la République"). Il pense en particulier que les espèces se transforment pour s'adapter à leur environnement. Il a développé plus tard dans ses livres (en particulier 'Philosophie zoologique' en 1809).

Johann Wolfgang von Goethe , plus connu sous le nom de un poète, était aussi un naturaliste et un «transformiste» (comme on l'appelait souvent les évolutionnistes pré-darwiniens, par opposition aux «fixistes»). voici ce qu'il a écrit dans "Story of My Botanical Studies" (1831) [extrait trouvé sur sa page wikipedia] :

L'affichage en constante évolution des formes végétales , que j'ai suivi pendant tant d'années, éveille de plus en plus en moi la notion: Les formes végétales qui nous entourent n'ont pas toutes été créées à un moment donné puis enfermées dans la forme donnée, elles ont reçu ... un heureux mobilité et plasticité qui leur permettent de grandir et de s'adapter à de nombreuses conditions différentes dans de nombreux endroits différents.

L'un des principaux outils permettant de reconnaître que deux espèces ont évolué à partir du même ancêtre est l'homologie, et il y a toute une série de chercheurs qui ont conduit au raffinement de ce concept, parmi eux: Michel Adanson (1727-1806) a établi une classification des êtres basée sur "le plus grand nombre de similitudes" et Etienne Geoffroy Saint-Hilaire (1772-1844) qui a non seulement formalisé le concept d'homologie (sous le nom "analogie" à l'époque) mais pensait aussi que les espèces changeaient en fonction de leurs conditions de vie (selon la rubrique Encyclopedia britannica sur lui).

#4
+7
Ronen
2015-03-31 15:21:42 UTC
view on stackexchange narkive permalink

Je me souviens avoir lu quelque chose à ce sujet dans "A History of Western Philosophy" de Bertrand Russell. Bien que ce soit un travail contesté dans sa rigueur historique, il souligne certains prédécesseurs de la théorie de l'évolution de Darwin.

Concernant Anaximandre:

Il y a eu une évolution aussi dans le règne animal . Les créatures vivantes sont issues de l'élément humide qui s'est évaporé par le soleil. L'homme, comme tous les autres animaux, descendait des poissons. Il doit être dérivé d'animaux d'un genre différent, car, en raison de sa longue enfance, il n'aurait pas pu survivre, à l'origine, comme il est maintenant.

Un autre étrange concernant Empedocles:

Il savait qu'il y a du sexe dans les plantes, et il avait une théorie (quelque chose de fantastique, il faut l'admettre) de l'évolution et de la survie du plus apte. À l'origine, «d'innombrables tribus de créatures mortelles étaient dispersées à l'étranger, dotées de toutes sortes de formes, une merveille à voir». Il y avait des têtes sans cou, des bras sans épaules, des yeux sans front, des membres solitaires cherchant l'union. Ces choses se sont réunies au gré de chacun; il y avait des créatures errantes avec d'innombrables mains, des créatures avec des visages et des seins regardant dans des directions différentes, des créatures avec des corps de bœufs et des visages d'hommes, et d'autres avec des visages de bœufs et des corps d'hommes. Il y avait des hermaphrodites combinant les natures des hommes et des femmes, mais stériles. En fin de compte, seules certaines formes ont survécu.

Voici la source complète du texte: https://archive.org/details/westernphilosoph035502mbp

Ce sont de belles histoires: merci d'avoir partagé :)
#5
+6
MoonMind
2014-11-28 00:24:19 UTC
view on stackexchange narkive permalink

Avant les scientifiques modernes, il y avait les concepts d'évolution dans les cultures anciennes. Par exemple, considérons l'ancienne culture védique en Inde. L'hindouisme est la religion principale en Inde, mais ce n'est qu'une extension de l'ancienne culture védique qui est largement connue sous le nom de Sanathana Dharma. Outre les rituels religieux, l'hindouisme gère beaucoup plus de choses.

Dans l'une des plus anciennes religions du monde, l'hindouisme, il y a des tentatives pour réconcilier la théorie de l'évolution avec les avatars du dieu Vishu (l'un des dieu parmi les hindous trinité) dans les Écritures. Il existe de nombreuses ressources Internet traitant du sujet.

Monier Monier-Williams a écrit: «En effet, les hindous étaient ... des Darwiniens des siècles avant la naissance de Darwin et des évolutionnistes des siècles avant la doctrine de l'évolution avait été accepté par les Huxley de notre temps, et avant qu'un mot comme évolution n'existait dans n'importe quelle langue du monde. "[25] JBS Haldane a suggéré que Dashavatara a donné une" idée approximative "de l'évolution des vertébrés: un poisson, une tortue, un sanglier, un homme-lion, un nain et ensuite quatre hommes (Kalki n'est pas encore né). Nabinchandra Sen explique le Dashavatara avec l'évolution de Darwin dans son Raivatak. CD Deshmukh a également remarqué la similitude «frappante» entre la théorie de Darwin et le Dashavatara.

Certains interprètes modernes séquencent les dix principaux avatars de Vishnu dans un ordre définitif, des formes de vie simples aux plus complexes, et voient les Dashavataras comme un reflet, ou une préfiguration, de la théorie moderne de l'évolution. Une telle interprétation a été proposée pour la première fois par la théosophe Helena Blavatsky dans son opus de 1877 Isis Unveiled, dans lequel elle a proposé l'ordre suivant des Dashavataras:

Matsya - poisson, la première classe de vertébrés; évolué dans l'eau

Kurma - amphibie (vivant à la fois dans l'eau et sur la terre; mais à ne pas confondre avec les amphibiens de la classe des vertébrés)

Varaha - animal terrestre sauvage (une forme de sanglier)

Narasimha - des êtres mi-animaux et mi-humains (indiquant l'émergence de pensées et d'intelligence humaines dans une nature sauvage puissante)

Vamana - des êtres humains courts et prématurés

Parasurama - premiers humains vivant dans les forêts et utilisant des armes

Rama - humains vivant en communauté, début de la société civile

Krishna - humains pratiquant l'élevage, sociétés politiquement avancées

Bouddha (je doute que Bouddha ne soit pas un avatar accepté de Vishnu parmi les hindous, directement cité sur le wiki) - des humains trouvant l'illumination

Kalki - des humains avancés dotés de grands pouvoirs de destruction.

Référence: http://en.wikipedia.org/wiki/Hindu_views_on_evolution http://en.wikipedia.org/wiki/Dashavatara#Evolutionary_interpretation

Comme les puranas hindous ont été écrits il y a des milliers d'années et écrits par des écrivains inconnus, il n'est peut-être pas possible de dire qu'ils existaient réellement en tant que théorie dans les temps anciens. Je suppose que comme les écritures védiques sont des sources de nombreux faits cachés, les personnes intéressées peuvent avoir une bonne recherche sur les mêmes. Quoi qu'il en soit, Dasavatar (10 avatars) a des similitudes avec la théorie de l'évolution proposée par Darvin et il pourrait être la première parmi de telles théories s'il y avait des preuves ou des études appropriées sur ces écritures et textes.

+1. C'est la bonne réponse.
#6
+4
fileunderwater
2015-12-15 16:03:51 UTC
view on stackexchange narkive permalink

Cela s'ajoute aux réponses précédentes, mais le philosophe Immanuel Kant est un autre exemple intéressant. Dans les années 1780-1790, il semble avoir eu des idées plutôt bien développées sur le changement évolutif, une origine commune de la vie, qui incluait également les humains:

L'accord de tant de genres d'animaux dans un certain schéma commun, qui semble être fondamental non seulement dans la structure de leurs os mais aussi dans la disposition de leurs parties restantes, - de sorte qu'avec une admirable simplicité de contour original, une grande variété d'espèces a été produite par le raccourcissement d'un membre et l'allongement d'un autre, l'involution de cette partie et l'évolution de celle-ci, - permet à une lueur d'espoir, si faible soit-elle, de pénétrer dans nos esprits, qu'ici quelque chose puisse être accompli à l'aide du principe de la mécanisme de la nature (sans lequel il ne peut y avoir de science naturelle en général). Cette analogie des formes, qui avec toutes leurs différences semblent avoir été produites selon un type original commun, renforce nos soupçons d'une relation réelle entre elles dans leur production à partir d'un parent commun, par rapprochement progressif d'un genre animal à un autre. - de ceux dans lesquels le principe des buts semble être le mieux authentifié, c'est-à-dire de l'homme, jusqu'au polype, et de nouveau de celui-ci aux mousses et aux lichens, et enfin au stade le plus bas de la nature perceptible par nous, à savoir. à la matière brute. Et donc toute la Technique de la nature, qui nous est si incompréhensible dans les êtres organisés que nous nous croyons obligés de penser un principe différent pour elle, semble dériver de la matière et de ses pouvoirs selon des lois mécaniques (comme celles par lesquelles elle agit dans la formation des cristaux).

(de: Kant. 1790. Critique du jugement , MacMillian 1914 (traduit par Bernard), https: / /www.gutenberg.org/ebooks/48433)

Hat-tip à cette réponse à Philosophy-SE pour trouver la citation.

#7
+3
Mars
2014-12-01 21:03:40 UTC
view on stackexchange narkive permalink

Il est important de distinguer l'évolution des organismes, c'est-à-dire le changement de leurs caractères au cours du temps générationnel, et la sélection naturelle. La plus grande réalisation de Darwin a été le développement de l'idée de la sélection naturelle dans les moindres détails, tout en fournissant de nombreuses preuves de son action. (Alfred Russel Wallace a développé une version de l'idée de sélection naturelle de manière indépendante, mais seulement après que Darwin ait déjà élaboré une version plus sophistiquée, mais alors inédite.) Dans la théorie évolutionniste contemporaine, il existe de multiples mécanismes qui jouent un rôle dans l'explication de l'évolution. changement, y compris la dérive génétique aléatoire.

Lucrèce (vers 0 CE) prétendait seulement rapporter les vues d'Épicure (vers 300 avant notre ère) dans le livre de Lucrèce De Rerum Natura ( Sur la nature des choses ). Nous n'avons le travail d'Épicure que sous une forme fragmentaire, donc on ne sait pas combien Lucrèce a ajouté à la philosophie d'Épicure.

Une idée que les gens considèrent comme un précurseur de «l'évolution» discutée dans la philosophie épicurienne semble venir à l'origine d'après Empédocle (vers 460 avant notre ère). C'est l'idée qu'à un moment donné, il y avait des animaux avec des parties du corps assemblées sous des formes aléatoires. Seuls les animaux dont les parties du corps fonctionnaient bien ensemble ont survécu. Lucrèce présente cette idée dans le livre 5, autour des lignes 835-920 (par exemple, pp. 182-184 dans la traduction d'Esolen de De Rerum Natura ). (Voir aussi The Epicurus Reader , par Inwood et Gerson, p. 97.) Notez que ce filtrage des animaux ne se produit que une fois . Le rôle que joue la sélection naturelle dans l'évolution, selon Darwin, exige que les traits soient héréditaires et que la sélection naturelle les façonne progressivement au fil du temps. (EDIT: Ma première version disait que Lucrèce "critiquait" la proposition d'Empedocles. Après une lecture plus attentive, il semble que Lucrèce a approuvé la proposition, mais s’est opposé à l’opinion selon laquelle il y avait certains animaux spécifiques tels que les centaures.)

Aux lignes 852-874, Lucrèce discute de processus plus subtils qui rappellent la sélection naturelle, en disant, entre autres (p. 183 dans la traduction d'Esolen):

Et de nombreux types de créatures doit être mort,
Incapable de planter de nouvelles pousses de vie.
Pour tout ce que vous voyez qui vit, respire et prospère
A été, depuis le début, gardé, sauvé
Par la ruse ou sa rapidité ou sa force brute.

Cette idée ressemble beaucoup à la sélection naturelle, mais la modification progressive des traits hérités ne semble pas en faire partie. Ainsi, même si le concept dont Lucrèce (et probablement Epicure) discutait devait être considéré comme un concept de sélection naturelle , il n’y avait aucune raison de penser qu’ils avaient à l’esprit une évolution par sélection, au sens de changement sur une longue période. Comme Empédocle, Lucrèce semble avoir parlé d'un processus de filtrage qui a lieu une fois (voir lignes 835 et suivantes), puis plus jamais, pour un ensemble d'espèces donné. Notez qu'il n'est pas clair non plus que Lucrèce avait à l'esprit le filtrage des organismes au sein des espèces . Il est plausible qu'il parlait de certaines espèces échouant à survivre. S'il n'y a pas de modification progressive des traits héréditaires, il manque une grande partie de ce qu'implique la sélection naturelle darwinienne.

(BTW, il existe de nombreuses traductions de De Rerum Natura , qui consiste en des milliers de lignes de poésie philosophique en latin. Esolen est ma traduction poétique préférée. Ma traduction en prose préférée est de Martin Ferguson Smith.)



Ce Q&R a été automatiquement traduit de la langue anglaise.Le contenu original est disponible sur stackexchange, que nous remercions pour la licence cc by-sa 3.0 sous laquelle il est distribué.
Loading...